Galeries Photo

Newzzz19 : Situation alarmante au rucher

Au moment de la mise en hivernage des ruches, nous avons pu constater une grande mortalité parmi nos 48 ruches, revenues pour la plupart des Alpes (Fouillouse et Revest du Bion) et un petit nombre restées sur Pastré et à Tourves.

La fragilité de l’abeille est bien évidemment multifactorielle, la dégradation de leur écosystème est acté, dû tant à la raréfaction des ressources mellifères, qu’aux effets du réchauffement climatique et à la présence constante et loin de diminuer, de produits toxiques dans l’environnement.

Cependant, nous pointons particulièrement trois raisons : la sécheresse, le frelon asiatique et le varroa.

L’été ayant été particulièrement sec, nos abeilles, qui avaient déjà connu une période difficile, ont éprouvé de grandes difficultés pour rentrer du nectar frais et encourager la Reine à pondre les abeilles d’hiver, celles qui devront réchauffer la colonie durant l’hiver et assurer l’élevage du nouveau couvain de fin d’hiver à la reprise de la ponte de la Reine.

La pression du frelon asiatique a été très fortement ressentie cette année. Les pièges installés sur les ruchers sédentaires ne se désemplissaient pas à l’automne, moment où les colonies de frelons élèvent leurs futures fondatrices qui tenteront le printemps suivant de créer de nouvelles colonies.

Enfin, le varroa, cet acarien qui pèse sur l’apiculture depuis les années 90, n’a peut-être pas été complètement maîtrisé, bien que la plupart des ruches aient bénéficié de 4 passages à l’acide formique.

Malgré un nourrissement, sûrement trop tardif, et après un traitement d’hiver contre le varroa (2 passages à l’acide oxalique par sublimation), le nombre de ruches rescapées est à l’heure actuelle particulièrement faible : 20 colonies survivantes, dont l’état sanitaire sera inspecté dès que les températures seront plus clémentes, lors de la visite rituelle de printemps.

Cet état des lieux fort peu reluisant, nous a beaucoup affecté.
Malgré la connaissance de pertes également particulièrement importantes parmi les apiculteurs de la région, ce qui loin de nous rassurer nous rappelle la vulnérabilité et le danger que court l’Apis mellifera et avec elle tous les pollinisateurs, indispensables à notre survie et indicateurs de l’état de la planète, nous nous devons de nous interroger sur nos pratiques apicoles et vous inviter à réfléchir avec nous sur la politique de gestion du cheptel par laquelle les parrains-marraines de nos abeilles sont directement concerné(e)s.

Nous savons d’ores et déjà que notre objectif de 35 ruches productives au printemps et été 2018, comme annoncé sur notre programme prévisionnel, ainsi que le choix de ne pas avoir recours à l’achat de nouveaux essaims ne pourra pas être respecté.

Nous avons actuellement 27 ruches parrainées grâce aux parrains-marraines et nous espérons, pour ces chers bienfaiteurs et aussi -et surtout- pour les abeilles, que la saison 2018 sera favorable au bon fonctionnement des colonies, nous permettant de vous régaler des produits de la ruche.

Mais si ce n’était pas le cas ? Accepteriez vous de recevoir moins de miel et continueriez vous à soutenir notre démarche ? Devons nous bloquer les parrainages ?
Cette situation nous amène à nous interroger sur l’opportunité de convoquer prochainement une assemblée générale exceptionnelle afin de recueillir vos avis et propositions.

Si tel était le cas, nous vous espérons nombreux à nous rejoindre pour débattre sur le devenir le l’activité apicole de l’association.

La projection du film « Tout devient silencieux » à l’équitable café, le 7 mars, est le premier pas d’une démarche de réflexion partagée, à laquelle vous êtes invités à participer.


Coordonnées

Association Bzzz
Chemin des Especores
Route de Bras
83170 Tourves

Tel : 06 68 07 17 17

E-mail : contact@bzzz.fr

Siège social : Mairie de Tourves 1, place de l’Hôtel de Ville 83170 Tourves

Facebook

Retrouvez-nous sur Facebook :
https://www.facebook.com/assobzzz